Iconographie

L'image de la Tour d'Hercule est une image vivante et omniprésente qui est intimement liée à la ville de La Corogne jusqu'à tel point qui semble difficile d'identifier celle-ci si on ne recourt pas au phare. La Tour préside les écus du Conseil municipal, de la Députation, de l'Université, de la plupart des collèges professionnels et des associations culturelles et sportives de La Corogne, mais aussi nous pouvons trouver son image dans les carreaux qui revêtent les rues principales de la ville, dans les lampadaires de la promenade maritime, dans tout le mobilier urbain, dans des ornements floraux des jardins, en décorant les gâteaux de l'une des plus connues confiseries herculiennes ou transformée en trophée Teresa Herrera. La présence de la Tour est aussi évidente dans le flâneur et dans la toponymie de la zone, ainsi que dans les noms d'entreprises et d'affaires herculiens. Nous parlons, par conséquent, d'une image qui identifie la ville et qui est symbole d'un passé millénaire qui depuis juin 2009 est reconnu comme un bien de valeur universelle exceptionnelle et fait partie de la Liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO.

La valeur emblématique de l'image de la Tour est documentée à la fin du XVe siècle, quand celle-ci se convertit en symbole de la ville, en son emblème, en icône des fois innombrables répété en supports de nature très distincte comme des timbres de plaque, des exécutoires, des cartes nautiques, des écus et les marques de propriété du Conseil municipal qui sont distribuées par toute la ville. Mais auparavant des images très intéressantes du monument sont connues, comme la mappemonde du Béat du Burgo d'Osma (ca. 1085) ou la Lettre Hereford (ca. 1280), où apparaît le "Farum Brigantium" comme symbole du finis terrae du monde connu.

Plus d'informations sur Iconographie de la tour [.PDF]