Rotonde

Les escaliers dressés qui s'écoulent par l'intérieur de la Tour nous conduisent jusqu'au couronnement de la structure romaine, sur laquelle s'assoient les deux corps octogonales qui ont été ajoutés, dans l'agrandissement dirigé en 1789, par l'ingénieur militaire Eustaque Giannini. Ceux-ci se sont assis sur la fabrique existante, en maintenant un pavé dans lequel se combinent des grandes pierres de taille en granit, dans une solution enclenchée de bonne facture, qui pourrait bien s'agir du sol original qui achevait la tour romaine et sur celui qui au passé s'est levé la rotonde qui hébergeait la lampe.

En 1789, la restauration du phare poussée par le Consulat de la Mer et dirigée par Eustaque Giannini, a eu pour objectif adapter la construction aux nouvelles techniques de signalisation maritime, donc ils ont remplacé la structure finale de la Tour par deux corps octogonales dont le deuxième a été conçu comme une lanterne et a été modifié des années après.

Le premier corps est occupé par la salle dénommée Giannini. Une chambre octogonal avec quatre piliers radiaux qui laissent un espace pour un couloir annulaire et un grand banc. Le séjour se couvre avec une fausse coupole. Dans la partie haute de l'un de ces piliers le propre architecte a laissé une constance de son intervention dans une inscription qui dit: "DIRIXIÓ ESTA OBRA EL THENIENTE DE NAVÍO INGO ORDINARIO DE MARINA D. EUSTAQUIO GIANNINI”. Il semble paradigmatique que l'ingénieur voudrait perpétuer son nom dans la mémoire des gens et qu'il ait recouru à une solution similaire à l'adoptée par l'architecte Caio Sevio Lupo quand il a disposé son inscription commémorative aux pieds de la Tour.

Plus d'informations sur Rotonde [.PDF]