Chambres

La Tour d'Hercule conserve le noyau interne du phare romain, qui présente la particularité d'être organisé dans trois niveaux avec quatre chambres par étage. Cette distribution si caractéristique ne semble pas être exclusive du phare herculéen parce que dans d'autres exemples similaires, comme le phare disparu de Leptis Magna (Libye-Afrique), il semble y avoir existé une distribution similaire des espaces intérieurs.

La Tour s'organise dans trois niveaux ou étages chacun d'eux de différentes hauteurs: de 9,20 m, 9,60 m et 14,35 m, respectivement. Une distribution similaire présente chaque étage, avec quatre chambres quadrangulaires et indépendantes de 2,70 m de côté qui s'inscrivent à l'étage. Tous ces espaces se couvraient avec voûtes en berceau, mais trois ont été démontés après avoir construit l'escalier intérieur.

Les murs divisoires ont une grosseur de 1,5 m, qui est la même largeur qu'avaient originairement les murs perimetrales du noyau de la fabrique romaine. Aujourd'hui, cette grosseur est plus grande parce que quand la construction primitive s'est gavée extérieurement avec un caparaçon d'impeccable ouvrage en pierre, entre 1788 et 1790, la structure romaine est restée revêtue et unie à cette doublure à travers des tisons parfaitement emboîtés. Le résultat final a consisté en que les murs ont passé d'une largeur de 1,50 m à 2,10 ou 2,15 m qu'ils ont actuellement.

La communication entre les chambres de chacun des trois niveaux était faite originairement en suivant une orientation trasversal est-ouest et toujours de deux en deux, afin d'éviter que les quatre séjours du même étage fussent communiqués et de cette façon, compliquer la propagation d'un hypothétique incendie et, au même temps, favoriser la résistance en cas d'attaques. L'entrée depuis l'extérieur à chacune de cettes chambres était à travers des portes situées dans la rampe hélicoïdale ascendante qui enveloppait le noyau de la Tour et qui permettait la montée jusqu'à l'haute partie de la même. Par cette rampe on suppose que montait le bois de chauffage qui alimentait le bûcher qui s'allumait pour orienter les bateaux. Le recours de la rampe extérieure est aussi documenté dans le phare de Forum Julii ou Fréjus.

Plus d'informations sur Chambres [.PDF]